Annonce sortie_WEB_1709La crise de trop, l’espoir d’un sursaut

 

Dans un monde secoué par les turbulences, l’épidémie de Covid-19 est la crise de trop ; mais elle marque aussi l’espoir d’un sursaut. Elle est sans précédent par sa soudaineté, sa violence et son caractère universel.

Contrairement aux attentats de 2001 ou au krach de 2008, c’est un événement qui frappe tous les hommes, toutes les entreprises, toutes les nations, tous les continents. C’est aussi un fléau qui s’inscrit dans la durée et se poursuivra, de variant en variant, tant que la vaccination d’une majorité de l’humanité ne permettra pas d’obtenir l’immunité collective, et dont les séquelles se prolongeront. C’est enfin un choc multiforme et complexe puisque la crise est à la fois sanitaire, économique, humanitaire, politique, et stratégique.

La pandémie illustre ainsi les risques globaux propres à l’histoire universelle du XXIe siècle, en même temps que l’incapacité de la majorité des nations à les anticiper et à les gérer.

La démocratie et le capitalisme, l’Europe et la France sont à reconstruire. Il nous faut impérativement apprendre de la pandémie pour affronter les prochaines crises. L’heure n’est plus à la déploration, à la diversion ou à la démission, mais à l’action. Nations, États, entreprises, citoyens, tous doivent se remettre en question. 

(Extrait de l’introduction de « (Re)Constructions » (Éd. de l’Observatoire, 2021)

 

Nicolas Baverez   twitter   linkedin